Alex a surpris son DRH en délicate posture et s'est fait virer

 

Alex s'est fait virer après 15 ans de boîte et d'excellentes évaluations. Wow, il décide de booster son intelligence sociale et de gérer sa relation aux autres autrement.

S'il vous arrive de vous faire agresser verbalement et d'être stupéfait de l'émulsion d'émotions de Martine. Peut-être avez l'impression que les mauvaises nouvelles connaissent votre adresse par coeur. Si vous pensez que c'est toujours à vous que Gilbert vient réclamer de l'argent, vous trouvez sans doute que certaines personnes sont vraiment sans gêne et vous manquent solidement de respect, si vous avez l'impression d'être pris régulièrement pour le dindon de la farce, d'être parfois parano au point de penser que vous aller vous faire virer, licencier, mettre à la porte... alors, il y a sûrement quelque chose à faire, voire quelque chose à changer dans votre perception et votre comportement. Mais quoi... Avant d'aborder le changement ou le pointage "du truc qui fait mal", je comprends bien que vous avez l'impression que tout cela est trop injuste et que vous en avez sans doute votre dose. Mais en avez-vous vraiment assez? En avez-vous vraiment marre??

Si c'est non, arrêtez-vous ici et on se verra une autre fois.

Et si c'est oui, alors la coupe est sûrement plus que pleine. Elle déborde.

Leon Rosten nous dit que "nous voyons les choses telles que nous sommes, pas telles qu'elles sont."

Comment percevons-nous la réalité? De quelle réalité s'agit-il? La vôtre, la leur, la mienne? Bien vaste débat, n'est-ce pas?

L'autre jour, Alex m'annonce qu'il s'est fait licencier.

Il me raconte son entretien de sortie durant lequel, son directeur RH, super mal à l'aise, lui fait tout un blabla pour "emballer" la nouvelle. Alex l'écoute avec attention, reçoit cinq sur cinq l'information de sa rupture de contrat. Il reste cependant bouche bée, sans sourciller, durant quelques secondes. Le temps que son cerveau infuse la nouvelle. Le temps de se demander si c'est bien à lui que le directeur RH s'adresse. Très vite, Alex s'imagine un mini plan B (plus de temps pour aller encourager son fils Mat au foot. Conduire sa fille Chloé à la danse et l'emmener goûter avec ses cousines Alice et Lucie, YES!). Alex regarde son interlocuteur droit dans les yeux et reste silencieux. Au bout de 17 secondes qui ont dû paraître interminables au directeur RH, ce dernier, très agité sur sa chaise, demande à Alex: "Tu comprends ce que je viens de te dire?". Waouw, côté empathie on est loin du compte dans de telles circonstances.

Alors pour Alex, il y a plusieurs options.

  • la fin de sa vie sur le moment, euh non!
  • accueillir le tourbillon d'émotions qui le traverse et rester digne. Et respirer...
  • s'accorder quelques semaines de repos, après tout, il bosse comme un dingue depuis des années et n'a jamais vraiment levé le pied. Sa santé a déjà trinqué.
  • une opportunité en or pour réaliser son rêve.
  • réfléchir à ce qu'il veut vraiment (pour Alex, ça c'est déjà fait) et développer ce qui est important pour lui, ce qui lui donne du sens à sa vie et la raison pour laquelle il se lève le matin.

Génial, Alex a bien accueilli la nouvelle car il a un rêve et est prêt à poser des actes pour le réaliser. Cependant, une chose le chiffonne. Son directeur RH lui a demandé "Tu as compris ce que je viens de te dire?" lorsqu'il lui a annoncé son licenciement. Et ça, à vrai dire, Alex l'a en travers de la gorge. Non seulement il reçoit une nouvelle fortement désagréable, celle de se faire virer, qui pourrait déstabiliser son inconfortable routine. Mais en plus, il a l'impression de s'être fait passé pour un idiot. Là c'est trop, se faire virer et se faire passer pour un idiot alors que l'autre manque totalement d'empathie et s'y prend comme un manche? NON!

Quelle perception avoir sur la situation?

Pour reprendre les mots de Léon Rosten: "nous voyons les choses telles que nous sommes, pas telles qu'elles sont."

Le directeur RH a fait son travail. STOP.

Sans empathie. STOP.

Alex s'est senti pris pour un idiot. STOP.

Soit il reste avec ça jusqu'à la fin de sa vie et il accorde de l'importance à son "petit ego froissé". Soit Alex décide de la jouer autrement, bien plus intelligemment car il:

  • dispose de son libre arbitre et connaît sa valeur,
  • décide qu'il a le choix de ce qui peut l'atteindre ou pas.
  • opte que si quelqu'un se comporte comme un "crétin", il ne le prend pas de manière personnelle.
  • choisit de rendre à l'autre ce qu'il lui appartient, comme la pluie qui ruisselle sur le ciré jaune.

Alors vous? Quelle attitude allez-vous adopter lorsque Martine déborde d'émotions en hurlant, tapant du pied, en vous insultant par email car son petit ego est tellement blessé qu'elle n'a que cette option-là pour s'exprimer?

Rendez à l'autre ce qui lui appartient.

Respirez.

Souriez et passez votre chemin.

La vie vaut mille sourires. Si malgré cela vous vous demandez comment réagir sans faire le paillasson, sentez-vous libre de me contacter. Vous méritez de vous sentir en harmonie avec vos émotions et vos relations. n'hésitez pas à écarter les personnes qui ont des comportements toxiques à votre égard, elles vous mangent inutilement votre énergie. Une vie, nous n'en avons qu'une, celle-ci, alors autant qu'elle soit la plus belle possible. Je vous souhaite de développer harmonieusement votre intelligence sociale. Ensuite, de vous aimer et de vous respecter en premier. De beaucoup plus écouter votre petite voix intérieure car elle est un merveilleux guide. Enfin, d'être, oui d'être!   Si vous voulez en parler et bénéficier d'une séance de coaching gratuite avec moi pour dénouer tout cela. cliquez ici, répondez à ces questions et je vous contacte sous 48 heures.  A la fin de cet échange, vous ressortirez avec un plan d’action concret et qui marche pour reprendre confiance en vous. 

Votre BUT: votre Transform-Action! 

A très bientôt,

Manoelle van der Straten, +32 475 22 07 65  

Close

50% Complete

Two Step

Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit, sed do eiusmod tempor incididunt ut labore et dolore magna aliqua.